Histoire de Gambier

Paris, la ville natale de Gambier

 Arthur van Esveld

L’année 1780 est toujours considérée comme l’année de la fondation de l’usine Gambier de Givet (Ardennes – France). Cela n’est pas surprenant, car la société elle-même a fréquemment mentionné la “Fondée en 1780” sur des cartes et des brochures publicitaires (fig. 1). Dans toutes les publications sur l’histoire de Gambier, y compris Léon Voisin, cette date a été utilisée (Voisin 1950, 5 et Duco 1980a, 1). L’année 1780 s’accorde également bien avec l’ouverture d’une mine d’argile à Niverlée en 1779, où l’on extrait de l’argile d’excellente qualité (Voisin 1950, 5 et Duco 1980a, 2). Néanmoins, aucune preuve irréfutable ne prouve que l’année 1780 de la fondation de Gambier à Givet a été découverte. Dans cet article, l’histoire de Gambier est reconstruite et les premières années de cette société bien connue deviennent plus claires.

Fig. 1: Gambier, “fondée en 1780”

Dans certaines publications, il est mentionné que Jean Gambier, le fondateur de la société, était originaire de la région de Dieppe, dans le nord de la France. Le collectionneur passionné Guy Declef a également écrit dans son ouvrage “Les pipes en terre de Givet” de 1987 que Jean Gambier était originaire de cette région à Revin (Ardennes), puis à Givet. Des recherches généalogiques ont montré que le nom Gambier était courant dans la région Nord-Pas de Calais. Il se peut que des personnes du nom de Gambier travaillaient dans l’une des nombreuses petites usines produisant des pipes en terre cuite dans cette région au XVIIIe siècle.

Des recherches d’archives l’ont peut-être démontré et un lien a probablement été établi avec Gambier à Givet. Les recherches dans les archives de Guy Declef n’ont fourni aucune preuve de la confirmation de cette histoire (en juin 2011, Luc Declef a donné à l’auteur l’occasion d’étudier les archives de son père). Une recherche dans les archives et les sites de généalogie ne permettait pas non plus de prouver que la famille Gambier vivait et travaillait à Givet. Aucun mariage, naissance ou décès portant ce nom de famille n’a été enregistré dans la ville. Comme presque toutes les pipes de Gambier sont marquées ‘Gambier à Paris’, une recherche à Paris a été lancée. J’avais de l’espoir et l’attente de trouver plus d’informations là. Cette théorie était correcte et, bien qu’elle ne soit pas complète, elle a ramené une partie de l’histoire de cette fabrique de pipes.

Rue de l’Arbre Sec, Paris

Le début de la recherche a commencé à l’adresse parisienne, où se trouvait l’depôt de pipes situé au numéro 20, rue de l’Arbre Sec (fig. 2). On supposait jusqu’à présent que l’entrepôt de gros à cette adresse avait été ouvert dans le premier arrondissement de Paris vers 1850 (Duco 1980, 11). Cette rue est située entre la rue Saint Honoré et le quai du Louvre (anciennement Quai de l’École). Le dos de l’église médiévale Saint-Germain-l’Auxerrois est diagonalement opposé au numéro 20.

 Paris, Rue de l’Arbre sec numéro 20

Il existe plusieurs ‘Almanach du commerce de Paris’ avec les sociétés actives enregistrées dans les villes françaises. Plusieurs références dans ces almanachs datant du début du XIXe siècle prouvent que Gambier était représenté dans cette rue depuis bien plus longtemps que prévu (Almanach du commerce 1805, 1806, 1809, 1811 et 1827).

Les entrées suivantes sont importantes ici:

 

Almanach du commerce de Paris.

Anné: Nom et addresse: Profession:
1805 Gambier – Rue de l’Arbre Sec, 39. Fayencier.
1806 Gambier – Rue de l’Arbre Sec, 39. Fabricante et Marchand de Porcelaine.
1809 Gambier – Rue de l’Arbre Sec, 20. Fabricante et Marchand de Porcelaine.

La première mention en almanach du nom Gambier remonte à 1805. La société se trouvait alors au numéro 39 de la rue de l’Arbre Sec. Entre 1806 et 1809, Gambier s’installa dans l’immeuble numéro 20 de la même rue. Un fait frappant est que Gambier a été mentionné dans ces almanachs en tant que fabricant et commerçant de porcelaine. Aucune mention n’a été trouvée jusqu’à présent de cette période initiale prouvant que Gambier était impliqué dans le commerce ou la production de pipes en terre (Almanach du commerce 1805, 1806, 1809, 1811, 1827 et Adresses de Paris, 1816). Apparemment, les activités de ce célèbre fabricant de pipes concernaient principalement la production et le commerce de porcelaine.

 Paris, Rue de l’Arbre sec.

 Porcelaine de Sèvres

Les notifications de Gambier comme fabricant et négociant en porcelaine sont remarquables et suffisantes pour en savoir plus sur l’histoire de l’industrie française de la porcelaine. La célèbre porcelaine de France a été fabriquée à Vincennes puis à la Manufacture Nationale de Sèvres. Au cours des premières années, la porcelaine était faite d’argile molle et de nombreuses années d’expérimentation suivraient pour fabriquer la porcelaine dure telle qu’elle était connue en Chine. Après avoir trouvé les bonnes matières premières et effectué de nombreuses expériences, il fut possible, vers 1770, de produire une porcelaine dure à paroi mince. En raison de la popularité de la porcelaine faite d’argile molle, elle est restée longtemps en production. Cette porcelaine était un produit de luxe et difficile à fabriquer à cause de la fragilité; beaucoup de pertes se sont produites pendant la production et la cuisson au four (Dauterman 1986, 16).

La porcelaine a été marquée par les employés impliqués dans la mise en forme et le traitement de l’argile en grattant une ou plusieurs lettres de l’argile molle non cuite avec un objet pointu; les décorateurs de la porcelaine ont peint leurs initiales sur la glaçure. Cette façon de marquer était importante pour enregistrer la quantité de travail des employés et leur rémunération. Heureusement, il restait plusieurs livres de paie dans cette industrie de la porcelaine du XVIIIe siècle.

Famille Gambier travaillant dans la manufacture de porcelaine de Sèvres

Plusieurs ecrivains ont publié ces livres de paie, dont Carl Christian Dauterman dans son livre «La porcelaine de Sèvres, les fabricants et les marques du XVIIIe siècle». Déjà en 1749, nous rencontrons le nom de Gambier (Dauterman 1986, 82). Antoine Gambier était employé à Vincennes cette année-là; il était salarié en tant qu’étudiant «anseur ou becteur». L’anseur s’est spécialisé dans la fabrication et le montage de poignées et le becteur dans la fabrication et la suspension de becs verseurs. En 1752, il s’appelle ‘répareur’, spécialiste de la réparation des fissures et des trous après avoir démoulé un objet, puis de 1754 à 1762 en tant que «mouleur en pâte», ou formation d’objets en porcelaine avec moules. Dans une autre publication, Gambier ‘jeune’ est mentionné, le fils d’Antoine, salarié de 1769 à 1778 en tant que réparateur d’ornements, réparateur d’ornements (Lesur et Tardy 1967, 506). Ainsi, travailler avec l’argile était la discipline de la famille Gambier au milieu du XVIIIe siècle.

Gambier a marqué la porcelaine avec une minuscule ou une majuscule G dans différentes variantes (Dauterman 1986, 197 et Lesur et Tardy 1967, 506). La lettre G est également utilisée par d’autres familles de l’industrie de la porcelaine dont le nom de famille commence par un G.

G, marque utilisé par Gambier   

Fig. 5: Marque G sur Sèvres porcelaine

Gambier Jeune pourrait-il être la même personne que Jean Gambier, fondateur de l’usine Gambier? La preuve en est toujours manquante. Dauterman (1986) mentionne qu’environ 1800 grandes quantités de porcelaine blanche ont été vendues. Elles ont été peintes avec de l’or et d’autres émaux à l’extérieur de l’usine dans de petits ou de grands ateliers. On sait que cette porcelaine dite surdécoré était principalement décorée et vendue à Paris en grande quantité.

Gambier Jeune est mentionné de 1769 à 1778, mais ne fait plus partie de la masse salariale de la manufacture de porcelaine. Si nous supposons que Jean Gambier, qui jusqu’à présent était considéré comme le fondateur de l’usine de pipes, avait au départ une expérience dans la fabrication de la porcelaine à l’usine de Sèvres, cela semblerait bien s’apparaître avec le lancement de son propre atelier vers 1780. Les circonstances étaient apparemment favorables à cette époque, compte tenu de l’augmentation du nombre d’ateliers de décoration et de vente de porcelaine Surdécoré. Comme en témoignent les almanachs susmentionnés, Gambier a déménagé ses activités vers la rue de l’Arbre Sec vers 1805. Au cours de cette période, plusieurs ateliers ont été créés dans cette rue florissante, tous engagés dans la décoration et le commerce de la porcelaine. Parmi celles-ci figurent les sociétés Meslier (n ° 37), Parant (n ° 46), Froment (n ° 47), Bernon (n ° 49) et Rihouet (Dauterman 1986 et Lesur et Tardy 1967, 262).

Outre ce qui est mentionné dans les almanachs, il existe également des preuves matérielles de la fabrication ou du commerce de la porcelaine par Gambier, rue de l’Arbre Sec. Il est important de noter que jusqu’à environ 1812, la société Gambier était connue comme atelier de décoration et comme marchand de porcelaine (Dauterman 1986 et Lesur et Tardy 1967, 262). Une marque avec le nom du Gambier etais utilisé à cette époque (Fig. 6; Tardy, 1967, 261). Il existe également des exemples de porcelaine de Gambier provenant de son atelier à Paris. Jean-Philippe a marqué ses produits au début du XIXe siècle avec son nom et parfois avec l’adresse en glaçure rouge ou or.

Deux vases marqué: “Gambier“

La Famille Gambier

En regardant les résultats de la recherche, il n’est pas évident que Gambier ait commencé à produire des pipes depuis l’année de sa fondation (1780). La vente de porcelaine Gambier est faite par l’adresse 20, rue de l’Arbre Sec., Mais on ne sait pas si la fabrication physique a eu lieu ici. Peut-être que la décoration s’est faite dans son atelier et que, pour la cuisson, il a utilisé l’un des fours de l’un des plus grands fabricants du quartier de la rue de l’Arbre Sec.

Des recherches généalogiques ont également montré que le numéro 20, rue de l’Arbre Sec, était plus qu’un atelier de décoration et de vente de porcelaine, c’était aussi la maison de la famille Gambier. Dans cette période initiale de l’entreprise, cette maison était habitée par Jean Philippe Gambier et son épouse Marie Rosalie Baquet.

Le 23 avril 1811, leur fille Marie Rosalie Gambier, domiciliée au 20 rue de l’Arbre Sec, épouse Jean Beaumont. Jean-Philippe Gambier, père de Marie Rosalie, était alors décédé (voir le texte du fich de l’archive: Fille de Jean décédé), mais Marie Rosalie Baquet, veuve de Jean-Philippe Gambier, était toujours en vie.

Fig. 1:  Marriage de Marie Rosalie Gambier et Jean Beaumont

Fig. 2:  François Joseph Gambier, fils de Pierre Joseph, habitant de Rue de l’Arbre sec 20.

En plus d’une fille, Marie Rosalie, Jean Philippe Gambier et son épouse ont également un fils, Pierre Joseph Gambier, qui a repris l’entreprise de son père, bien que la date exacte de celle-ci ne soit pas connue. À la suite du décès de Pierre Joseph en 1817, son fils, François Joseph, qui habitait également au 20 rue de l’Arbre Sec, en prit la direction.

En 1827, lorsque son petit-fils, François Joseph, était propriétaire de l’entreprise, la production de pipes occupait déjà une place très importante. Dans un livre satirique de 1829 intitulé: Le Livre Noir de Messieurs Delavau Et Franchet, Ou Repertoire Alphabétique de la Police Politique Sous Le Ministère Déplorable, toutes sortes d’articles ont été publiés sur des événements impliquant le gouvernement ou la politique. Il s’agit de deux articles de 1827 et 1828, appelés pipes à l’effigie de Bonaparte (Delavau et Franchet d’Esperey 1829, 356-357 du 15-12-1827 et du 04-01-1828). Cet article décrit la conversation entre le chef de la police et M. Gambier. Il découvrit que Gambier avait envoyé des pipes aux départements avec le portrait de Napoléon Bonaparte.

Il s’agit du premier enregistrement prouvant que Gambier était impliqué dans la production et le commerce de pipes. La société était décrite dans l’article de 1828 comme suit:

Grand magasin considérable, ainsi désigné:’ Grand magasin the confiance à prix fixe; fabrique et seul grand entrepôt the pipes de France, the Hollande, d’Allemagne et d’Orient

Donc, cette année-là, il y avait déjà une usine avec de grandes capacités de vente en gros où des pipes de différents pays étaient vendus. Un détail intéressant de l’article est que des recherches ultérieures effectuées par le chef de la police ont révélé qu’il y avait un grand nombre de pipes dans l’entrepôt avec des images de: S.M. Charles X, roi de France et de Navarre de 1824 à 1830; Général Maximilien Sébastien Foy (1775-1825), chef militaire, homme politique et écrivain français et Mgr. Le duc de Bordeaux. Cependant, les pipes avec l’image de Bonaparte manquantes. L’histoire se termine par la remarque que cette pipes se trouvent dans une petite pièce du premier étage où vivait Gambier. Ainsi, l’article confirme également qu’en 1828 la maison était encore habitée par la famille Gambier.

En plus de la production et de la vente de pipes, la porcelaine faisait toujours partie des activités commerciales de Gambier, comme en témoigne l’Almanach de Commerce de 1827:

Gambier, porcelaine et cristaux, fab. et grand entrepôt the pipes and tout ce qui concerne les débit. the tabac, pacotilles pour les îles, R. de L’Arbre-Sec 20 .

Cela signifie que Gambier, outre le commerce de la porcelaine et du cristal, était un fabricante et grossiste des pipes et un fournisseur d’articles pour les grands magasins de tabac. Sur un dessin du registre de la ville de Paris, on peut voir un dessin du bâtiment avec un couloir central et une grande salle des deux côtés (Fig. 10). Derrière la cage d’escalier se trouve une cour avec un puits.

Rue de l’Arbre sec 20, Cadastre de Paris 1810-1836

Résumé, on peut dire que Jean-Philippe Gambier a commencé avec la fabrication et la vente de porcelaine et qu’il est décédé avant 1811. On ignore si Jean-Philippe a eu l’impulsion initiale de commencer à fabriquer des pipes ou si son fils Pierre Joseph l’avait fait. Il est certain que le petit-fils François Joseph a continué les activités de son père en 1817 et qu’il était impliqué dans la production et la vente de pipes en terre cuite. La société a commencé à produire des pipes en terre cuite pour un certain nombre de raisons. Pendant longtemps, Gambier avait acquis une expertise dans la modélisation de l’argile et la demande des pipes de bonne qualité avait augmenté en raison des restrictions à l’importation créées par Napoléon. Cela a permis aux entreprises françaises de se développer rapidement dans un secteur en pleine croissance. En plus de la production et de la vente de la porcelaine précieuse, les pipes étaient peut-être un bon produit à vendre et devenaient une part croissante du commerce de la société Gambier. À quoi ces produits ressemblaient-ils au début est encore inconnue. Il est certain qu’ils ont produit des copies des célèbres pipes d’argile hollandaises à longues tuyaux, mais ils ont rapidement commencé à produire des pipes figural. Les pipes décrits dans l’article du Livre Noir sont également inconnus. Les images les plus anciennes ou les exemples de pipes datent d’une période postérieure, ils sont montrés dans le catalogue de 1840. Au moment de la parution de ce catalogue, la famille Gambier n’était plus impliquée dans la société. Vers 1835, Hasslauer et Fiolet reprennent les activités à Givet.

Il est clair que la rue de l’Arbre Sec était une rue réputée dans le commerce de la poterie, de la porcelaine et des pipes. Un autre détail remarquable est qu’en 1811, le célèbre pipier Fiolet de Saint-Omer avait également un magasin dans la même rue au numéro 64 (Almanach du commerce de Paris 1811). On ne peut exclure que les modèles de l’ancienne entreprise de Fiolet, vendus dans la même rue, aient été une source d’inspiration pour Gambier pour le lancement de la production de pipes en terre cuite.

Production des pipes à Givet

Avec la production elle-même, Gambier s’est distingué et a rapidement acquis une réputation de pipier de qualité. À cette époque particulière, on cherchait un lieu adapté pour la fabrication de pipes en dehors de Paris, à un moment donnée ils l’avaient trouvé à Givet. On ignore si les premières pipes pour Gambier ont été fabriquées à Givet ou à Paris. Pourquoi ils ont choisi Givet n’est pas encore clair, mais cette ville était très pratique pour fabriquer des produits en céramique. Une mine d’argile a été ouverte près de Givet en 1779 où de l’argile de haute qualité a été extraite. De plus, il était possible de transporter facilement des pipes et des matières premières via les rivières proches La Meuse et Houille. Beaucoup de bois était disponible dans le quartier pour alimenter les fours. Gambier n’a pas été le premier ni le seul fabricant à reconnaître l’emplacement favorable de Givet pour la production de céramique et de pipes. Selon Declef (1987), la fabrique de pipes d’Agnes Denison aurait été la première à ouvrir une fabrique de pipes en 1720. Une autre fabrique de pipes, de Behr Lannoy, était située rue Royale. Une publicité de 1818 mentionnait que cette société fabriquait des pipes en argile dépassant la qualité des pipes néerlandaises et que des pipes étaient livrées dans différents genres, tels que des têtes de toutes sortes de motifs et couleurs (Bulletin de Commerce, 16-06-1818). En 1830, cette société était à vendre.

Dans une publicité parue dans un journal, il a été mentionné qu’il s’agissait d’une fabrique de pipes florissante comptant 60 employés (Journal des Ardennes, 22-07-1830). Un autre La fabrique de pipes de Vaudoit et Massée est encore mentionnée en 1835. On sait très peu de choses sur ces sociétés et leurs pipes sont également inconnues. Au musée de la porcelaine de Sèvres, en 1845, une exposition présentait les pipes d’un certain nombre de ces usines. Dans le catalogue, une douzaine de pipes de Vaudoit et Massé ont été mentionnées. Ces pipes avaient été montrées lors d’une exposition antérieure en 1834 (Brongniart en Riocreux 1845, 227. N.B. Le nom de la société Vaudoit et Massé est mal orthographié Vaudorr et Massé).

Vers 1834, la fabrique de pipes de Blanc-Garin & Guyot est ouverte. Cette société s’est également développée pour devenir une fabrique de pipes d’intérêt, qui a longtemps été un concurrent sérieux pour Gambier. Blanc-Garin était actif depuis plusieurs décennies. Gambier (Declef 1987, 23 et D. Duco, «Blanc-Garin & Guyot, 1823-1856 / 1867») (Site Web Amsterdam Pipe Museum, 26-08) était jusqu’alors considérée comme l’année de la reprise de l’entreprise. -2017). (Http://www.pipemuseum.nl/index.php?hm=3&sm=2&th=4&accact=7&item=96) déclarent tous deux que 1867 est l’année de l’acquisition de Blanc-Garin par Gambier. semble avoir eu lieu plus de dix ans plus tôt, en 1852 ou 1853. Dans une annonce publiée dans un journal à partir de 1852, l’ensemble de l’usine est à vendre.

“Une usine de pipes située rue Saint-Grégoire s’étend sur 1,3 hectare et est en pleine activité. Elle comprend tous les matériaux et outils, une machine à vapeur, un four et un four émaillé “.

Le prix était de 50 000 francs. La vente a été faite dès qu’une offre a été faite (Le Constitutionnel: journal du commerce, politique et littéraire 16-06-1852). Le notaire de Givet a procédé à la vente à partir de la piperie. Apparemment, l’usine a été vendue peu de temps après, car dans l’Annuaire du commerce et de l’industrie de 1854, il est mentionné ce qui suit:

Pipes de terre (fab de) – Hasslauer, successor de Gambier et de veuve Blanc-Garin, sous la raison commerciale Hasslauer et L. Fiolet, dépôt à Paris, chez Déportes Frères, Rue de l’Arbre sec 20. Hasslauer, successeur de Gambier et de la veuve Blanc-Garin, sous le régime commercial habituel Hasslauer et L. Fiolet, dépôt à Paris, à Deportes Frères, rue de l’Arbre sec 20]

(Annuaire de commerce et de l’industrie, 1854).

Dans cet annuaire, nous lisons que Blanc-Garin a été repris par Hasslauer, le propriétaire de l’usine Gambier. Les annuaires ont été produits en janvier et signifient que les données utilisées ont été inventoriées et enregistrées en 1853. Après la prise de contrôle en 1852 ou 1853, le nom Blanc-Garin a été utilisé pendant deux ou trois ans dans les publicités, ce qui semble indiquer que Gambier a continué à produire des pipes à partir des moules de Blanc-Garin. Dans l’Annuaire de 1856, Blanc-Garin n’est plus mentionné et la marque Blanc-Garin a lentement disparu de la publicité. Bien que Blanc-Garin ne soit plus mentionné en 1856 (1855), un certain nombre de modèles étaient encore vendus au dépôt à Paris. C’est ce qui ressort de la liste d’inventaire de 1858, qui comprend un chapitre distinct intitulé “Têtes BG” ou “Têtes Blanc-Garin”. Peut-être cela concerne-t-il les anciens stocks entrés en possession de Gambier lors de l’acquisition. Après 1858, le nom Blanc-Garin en tant que marque de pipes en terre cuite n’est plus utilisé.

Quelques années après la vente de l’usine de tubes Blanc-Garin, le nom apparaît à nouveau en collaboration avec le fabricant Bruneau, qui était fabricant de pipes dans le petit village de Fromelennes, près de Givet. Cette entreprise a été fondée en 1856 par MM. Désiré Blanc-Garin et Louis Bruneau. D’après les découvertes archéologiques, il a été constaté que cette société fabriquait principalement des pipes dites “fantaisies” portant les marques Bruneau & Cie à Givet (figures 11 à 12).

Poinçon pour marquée les tuyau, trouver à Fromelennes, collection A. van Esveld

Fig. 12: Pipes Bruneau, trouver à Fromelennes, collection M.Japin

Il est clair que depuis la fin du XVIIIe siècle, plusieurs fabricants de pipes sont actifs à Givet. Après avoir étudié tous les faits et les dates, il semblerait que le petit-fils de Jean-Philippe Gambier ait commencé à Givet quelques années avant 1817. Peut-être que Gambier aurait eu l’occasion de reprendre une usine de fabrication de pipes existante afin de disposer immédiatement de travailleurs, d’outils, bâtiments et fours à sa disposition. L’entreprise Gambier a démarré sur le site au pied du Mont d’Haurs, situé entre l’alors rue Saint-Grégoire (aujourd’hui rue Jules Gilbert), la rue Royale (maintenant rue Oger), la rue Gomérée (maintenant rue Estivant) et la rue des Soupirs (maintenant rue Bouzy). On sait peu de choses sur la forme de la société d’origine. C’est probablement rue des Soupirs ou rue Royale (Declef 1987, 34). La société Behr-Lannoy a également été créée à proximité de cet emplacement. Après la vente de leur usine de pipes en 1830, les frères Behr possédaient encore un certain nombre d’immeubles rue Royale qui furent vendus en partie à Gambier puis à Hasslauer les années suivantes.

En raison de toutes les activités de l’usine en pleine croissance de Givet, il a fallu trouver un successeur pour diriger le dépôt de vente à Paris. Charlemagne Beaumont a repris les activités à Paris. Il était le fils de Marie Rosalie Gambier (la soeur de Pierre Joseph) et de Jean Baptiste Beaumont. Selon un acte notarié, des accords clairs ont été conclus entre Charlemagne et Joseph Gambier concernant la vente des pipes. Dans un acte notarié de 1850 entre Beaumont, Fiolet et Hasslauer, il est fait référence à l’acte entre Gambier et Beaumont. L’acte de 1850 est dans la collection de l’auteur. La société a grandi rapidement. Selon une déclaration datant de 1827, 15 000 grosses de pipes seraient fabriqués chaque année, ce qui correspond à une production d’environ 6 000 pipes par jour. (Dupin 1827, 193).

Dans une édition ultérieure de l’Alamanach de commerce de Paris à partir de 1833, Gambier fut mentionné à deux reprises. Une fois fabricant de faïences avec dépôt dans la rue de l’Arbre Sec et fabricant de pipes: ‘Pipes façon d’Hollande et autres, Gambier, Maison à Paris, Rue de l’Arbre Sec 20 (Almanach du commerce de Paris, 1833, 425). Bien que la production de pipes prenne de plus en plus d’importance pour la société, l’entrepôt de la rue de l’Arbre Sec reste actif dans le commerce de la porcelaine et du cristal, selon une publicité de 1834.

Publicité: le Négociateur, 1834

François Joseph Gambier resta propriétaire de la compagnie jusqu’en 1835. La même année, Marie Louis Amable Minervin Hasslauer en devint propriétaire. Après cette année, aucun membre de la famille Gambier n’est impliqué dans l’usine de pipes.

Différentes indications datant de 1835 suggèrent une collaboration entre Hasslauer et L. Fiolet de Saint-Omer. En 1840, Hasslauer a publié le plus ancien catalogue connu de Gambier. Hasslauer & L. Fiolet Successeurs de Gambier font l’objet de la première page de ce catalogue. C’est Louis Maximilien Fiolet qui devint directeur de l’usine de Fiolet en 1834. Cette coopération commerciale fut conclue après le mariage de 1835 entre la soeur de Minervin, Marie Marcelle Amable Clémentine Hasslauer et Louis Maximilien Fiolet. À partir de cette année, l’usine de pipes Fiolet de Saint-Omer et l’usine de pipes Hasslauer & Fiolet de Givet présentent simultanément des entrées. L’expertise de Fiolet dans la fabrication et la gestion d’une usine de fabrication de pipes était nécessaire là où l’expérience de François Joseph Gambier avait disparu. À partir de ce moment, le nom Gambier est devenu simplement un nom de marque.

La coopération entre Hasslauer et Fiolet a été très fructueuse. Le nombre de modèles a augmenté chaque année et les pipes avec leurs beaux dessins et leur haute qualité sont devenues de plus en plus connues. Le commerce de la porcelaine et du cristal n’appartenait plus aux activités de la société. En 1838, un article sur le magasin parisien a été publié dans Etudiant, Journal des Ecoles, dans lequel les pipes de Gambier sont louées. Il était écrit que le magasin Gambier ressemblait davantage à un musée, où l’on pouvait voir l’apogée de la perfection dans l’industrie de la pipe depuis le début du XIXe siècle. Le magasin était une galerie d’un grand nombre d’hommes et de personnages célèbres; de Robespierre et de Napoléon au Grognard et au chien Munito (Etudiant, Journal des écoles, 15-05-1838, 224). Peu de temps après 1839, le premier catalogue d’entreprises de Hasslauer et Fiolet est paru. Ce catalogue contenait 287 pipes divisés en 11 séries de pipes à longue tuyaux et 6 séries de pipes à tuyaux courtes avec collet. Le numéro de modèle le plus élevé était 455. Ce catalogue date de l’époque où les modèles hollandais ou «hollandaises» étaient toujours populaires et où de nombreux modèles hollandais sont présentés, mais également de nombreux pipes entièrement figuraux. Les pipes figural à tuyaux courtes, munis d’un collier sur lequel monter une tuyau de bois, occupent déjà une place importante dans la gamme de modèles. Sur la couverture, mention honorable du jury de l’exposition des produits de l’industrie.

 Catalogue de 1840, collection D. Higgins

Vers 1845, la vente de pipes des deux usines de Gambier et Fiolet à Paris et ses environs passa par le même dépôt à la célèbre adresse 20, rue de l’Arbre Sec, où Charlemagne Beaumont demeurait gérant. Dans la convention notariale susmentionnée, L. Fiolet et M. Hasslauer ont pris des dispositions pour le commerce des pipes de Charlemagne Beaumont, rue de L’Arbre Sec. Il a été déterminé que les deux fabricants parisiens, dans un rayon de 60 km, n’étaient autorisés à fournir des canalisations qu’au grossiste Beaumont. En revanche, Beaumont n’était autorisé à vendre des pipes de Fiolet et Gambier que dans son commerce de gros. Cet accord a été signé en décembre 1850 et est entré en vigueur le 1er janvier 1851 pour une période de 20 ans.

Signatures de Minervin Hasslauer et Louis Fiolet – 1850

Ce document indiquait que cet accord remplaçait deux accords précédents, l’un de 1845 entre Fiolet et Beaumont et l’autre entre Hasslauer et Beaumont. Le même document mentionne également qu’en 1835, il existait déjà un accord entre J. Gambier (Joseph) et Beaumont. Ces actes notariés prouvent que le commerce de gros de Charlemagne Beaumont était son propre commerce et non la propriété de Gambier. A partir du moment où le dépôt devient la propriété de Beaumont, les contrats sont notariés. Une petite annonce dans le magazine le Constitutionnel de 1845 annonçait que le 1er juillet 1845, les produits des deux fabricants seraient en vente au dépôt Beaumonts à Paris (Le Constitutionnel, 07-08-1845). En cela, il est noté que vous pouvez y trouver l’assortiment le plus complet de pipes en France. Un mois plus tard, une annonce similaire était publiée dans La Presse (La Presse, 1845).

Publicité: la Presse 1845

L’usine de Hasslauer et Fiolet à Givet s’est agrandie à plusieurs reprises entre 1835 et 1850. On connaît plusieurs actes notariés dans lesquels les achats de terrains et de bâtiments ont été enregistrés. La dernière mention de L. Fiolet indiquant une coopération entre les deux familles date de 1865. Il s’agit d’une lettre adressée par un ébéniste de Heer-sur-Meuse en Belgique et adressée à Fiolet & Hasslauer.

Rue de l’Arbre Sec, succession de Beaumont par Déportes Frères

Peu de temps après la signature de l’accord entre Fiolet et Hasslauer, Charlemagne Beaumont mourut et une succession fut recherchée pour l’important dépôt de Paris. Un accord a suivi avec Déportes Frères, une entreprise de commerce du tabac et des industries liées au tabac basée à Paris. Ils ont repris l’affaire rue de L’Arbre Sec en 1852. Les anciens accords tels que ceux passés avec Fiolet et Gambier ont été maintenus. Bien que des pipes de Fiolet aient également été vendues à cette adresse parisienne, le bâtiment était connu sous le nom de la vieille maison de Gambier. Dans une publicité de 1852, il est annoncé une série spéciale de pipes à double conduit dans lesquels une entrée d’air supplémentaire était installée sur le dessus de la tuyau pour fumer à l’état frais et frais. Un brevet a été accordé pour cette invention pendant 15 ans. Cela conférait une certaine protection contre la copie par d’autres usines et c’était des pipes inconnus jusqu’à présent.

Publicité: Journal des débats, 1852

Une facture de 1856 de Déportes frères est intéressante car elle montre des pipes de Fiolet et de Gambier (fig. 18). Sur cette facture, on peut lire ‘Seul dépôt des pipes de m. Hasslauer ’et un groupe de pipes en argile exposées. Nous voyons un certain nombre de modèles Gambier bien connus, notamment Bou Maza et deux Marseillaises. Sur le côté droit de la facture, vous voyez ‘Seul dépôt des pipes de m. L. Fiolet ’ainsi qu’un certain nombre de pipes Fiolet.

 Facture Déportes frères, 1856

Aucune photo de la maison et du dépôt de la rue de l’Arbre Sec, à Paris, n’était connue. Après de nombreuses recherches, une photo unique de 1856 où le bâtiment est visible a été localisée (Fig. 19). La photo a été prise lors de la démolition d’un certain nombre de bâtiments autour de l’église Saint Germain L’Auxerrois. En zoomant sur la photo, l’ancienne maison et l’atelier de Jean Gambier sont devenus visibles. Sur la façade du premier étage, les grandes lettres du numéro de la maison 20 et le texte “Anc: Maison Gambier”, au-dessus des fenêtres du rez-de-chaussée, portent les lettres “Déportes Frères”.

Rue de l’Arbre sec 20, 1856

Cette photo unique montre le bâtiment où les premières pipes en porcelaine et plus tard ont été vendues et où le fondateur Jean Philippe Gambier et sa famille ont habité les étages supérieurs. Cette photo a été prise lorsque les maisons de la rue de l’Arbre Sec, vues de la place du Louvre, sont devenues visibles pendant une courte période en raison de la démolition de plusieurs bâtiments. Plus tard, de nouveaux bâtiments ont été placés ici. Pendant plusieurs années, le bâtiment est resté le lieu où le grossiste de pipes Gambier était situé à Paris. La collaboration avec Fiolet cessa dans les années 1860, probablement vers 1866. La correspondance portant les noms de Fiolet et de Hasslauer ainsi que les annonces portant les noms des deux fabricants ne sont connues que de 1835 à 1866. Après cette année, les pipes de Fiolet n’étaient plus plus disponible à l’entrepôt de gros de la rue de l’Arbre Sec.

Hourdou & Cie

Déportes frères ne resta pas longtemps en tant que propriétaire du dépôt de canalisations, alimenté chaque semaine par des canalisations Gambier de Givet et Fiolet de Saint-Omer. Pour des raisons inconnues jusqu’à présent, le commerce de gros fut vendu huit ans plus tard et en 1860, Alexandre-Adrien Hourdou devint responsable du commerce de gros. Hourdou était comptable et, avec deux financiers inconnus, le dépôt fut vendu 210 000 francs le 1er juillet 1860. Dans un journal du 5 juillet 1860, il est annoncé que la société Déportes frères (ancienne maison Gambier) sera maintenue sous le nom de Hourdou et Cie. Il est mentionné qu’il s’agit d’un grossiste de pipes provenant des usines de Givet et de Saint-Omer. La durée d’un contrat, dont Hourdou et les deux financiers deviennent propriétaires, a été fixée à 14 ans. Après cette période, Hourdou & Cie est resté propriétaire. Cela ressort d’un acte de 1875 où cela est enregistré (Journal officiel de la République française, 03-02-1875).

Rue de Bondy 22, la nouvelle adresse à Paris

On ne sait pas exactement combien de temps Hourdou & Cie est resté en tant que propriétaire. Il est certain qu’en 1893, le bâtiment appartenait aux nouveaux propriétaires de la société Gambier. Les propriétaires depuis cette date étaient la veuve Hasslauer, Louis Aimé Quentin et Louis Albert Lévesque de Champeaux. Le nom officiel de la société est devenu «Société Vve. Hasslauer, les Champeaux & Quentin ’. Quentin était un grossiste à Paris et les Champeaux, un propriétaire terrien. Julie Leroy, veuve de Minervin Hasslauer, a confié la gestion quotidienne de l’usine de Givet au responsable de la production Groto, qui occupait ce poste depuis les années 1880.

Avant la coopération avec Hasslauer et les Champeaux, Quentin possédait un bâtiment d’entreprise situé à Paris, rue de Bondy n ° 22, en face de la place de la République. Après la nouvelle collaboration, l’ancienne dépôt est resté pendant un certain temps rue de l’Arbre Sec, mais après quelques années, les activités ont été transférées dans le bâtiment de la rue de Bondy. Ici, en plus de divers articles et pipes de Gambier liés au tabac, des carreaux de céramique ont également été vendus à la fabrique de céramique de Givet.

Rue de Bondy 22 – Paris

À la fin du XIXe siècle, divers fabricants de gâteaux, de chocolat et de tabac publièrent des cartes publicitaires chromos lithographiées, souvent accompagnées d’une image comique à l’avant et d’une publicité à l’arrière. Quentin fit imprimer plusieurs séries de ces cartes et les figures 22 a-b montrent aux anciennes cartes l’ancienne adresse de la rue de l’Arbre Sec 20 qui devint plus tard rue de Bondy 22. Rue de Bondy, était le nom de cette rue entre 1771 et 1944. Après 1944, le nom est changé dans la rue René Boulanger. Monseigneur le Duc d’Angoulême a créé à la fin du XVIIIe siècle une «manufacture de porcelaine». Dans la cage d’escalier du bâtiment, il y a un tableau de carreaux avec de la publicité pour Quentin.

Fig. 1 et 2, cartes publictaires 1893 – 1895

Bref historique de la fabrique de pipes de Givet

On sait peu de choses sur les premières années à Givet, où le fils ou le petit-fils de Jean Gambier a commencé la production, et des recherches supplémentaires sont nécessaires. Gambier a commencé ses activités au pied du Mont D’Haurs, sur le site situé entre la rue Saint-Grégoire, la rue Royale, la rue Gomerée et la rue des Soupirs. La période après la succession de Hasslauer en coopération avec Fiolet a permis à la société de se concrétiser. Des agrandissements ont été réalisés en achetant des bâtiments et des terrains dans le voisinage de l’usine. L’expansion dans la direction de la Meuse a eu lieu en 1853 après l’acquisition de l’usine de pipes de Blanc-Garin & Guyot. La société grandissait d’année en année et atteignit son apogée vers 1860.

Batiments de Blanc-Garin, utilisé par Gambier pour la production entre autres des carreaux

Environ 600 personnes travaillaient chez Gambier. Des chiffres de production étonnants ont été réalisés; environ 50 millions de pipes par an. La gamme de modèles était de 1400 avec de beaux dessins de toutes sortes de thèmes tels que la politique, l’histoire, le théâtre, la flore et la faune. La série de pipes avait des noms uniques, développés par Gambier: Fantaisies, fantaisie extra, taxiles, néogènes, aristophanes, marseillaises, pompadours, viennoises et autres.

Pipes de Gambier, rares Têtes de pipes: La Première République, tête inconnu, Titi le Talocheur et le Poète

Pipes de Gambier, fantaisies: Bou Maza, Diane de Poitiers, Zouave, le Pendu et Taxile le Chinois

Piperie de Gambier, 1880

La principale usine de pipes était un grand bâtiment de trois étages. Il y avait trois fours sur le site où les pipes ont été tirés. Le plus grand bâtiment est actuellement utilisé comme école, le lycée Vauban. Les bâtiments et les terrains acquis de Blanc-Garin ont permis de fabriquer des produits en céramique en plus des pipes. Des carreaux réfractaires et des pots pour enfoncer les pipes dans les fours étaient déjà en cours de fabrication, une nouvelle ligne de production de carreaux émaillés décoratifs pourrait être installée dans les nouveaux bâtiments. Ces carreaux ou Carreaux Gambier ont été marqués au dos d’un soleil et de la marque JG en relief. Un certain nombre de catalogues sont connus avec ‘Produits Céramiques Gambier’ avec des images colorées de belles carreaux vernissées (Fig. 26), y compris un exemple de carreaux bien connues avec une publicité pour les pipes de Gambier.

Carreau publicitaire de Gambier et catalogue des produits ceramiques Gambier

En 1890, Gambier racheta l’usine de pipes Noël Frères de Lyon, dont l’histoire remonte à 1808. Cette prise de contrôle améliora la position de Gambier sur le marché français du sud de la France et permettait l’ajout d’une ligne de production pour la fabrication de pipes de Bruyère. Noël était une marque populaire. Après l’acquisition, la marque Noël a continué d’exister jusqu’à la dernière année de production de pipes en 1926. Dans le catalogue de 1894 de Gambier, il y avait des pages avec des pipes marquées par Noël appelées ‘Pipes Magnétiques’, puis plus tard, Gambier vendait ses propres modèles avec la marque Noël sur la tuyaux, souvent ces pipes ont été exportés en Amérique.

Divers catalogues ont été publiés au cours des années où l’activité a pris son essor et où les modèles de conduites ont été magnifiquement illustrés. Par exemple, des catalogues et des suppléments ont été publiés en 1868, 1871, 1875, 1879, 1886, 1894, 1905 et 1908.

Catalogues de Gambier

Jusqu’à la Grande Guerre mondiale, la société Gambier était encore en mesure de produire avec succès, bien que le volume des ventes ait diminué ainsi que le nombre d’employés d’année en année. La Première Guerre mondiale a eu d’énormes conséquences pour l’entreprise. Lorsque la guerre éclata en 1914, la production s’arrêta. En 1917, l’usine fut reprise et utilisée par les troupes allemandes comme hôpital militaire. Immédiatement, tous les outils et autres matériaux en métal utilisable ont été saisis par l’occupant et emportés pour être transformés en armes. En conséquence, presque rien n’a été épargné de l’énorme stock de moules pour pipes que Gambier avait jadis. Un très petit nombre de moules ont été emportés par les habitants de Givet avant de tomber entre les mains des occupants et cachés dans le voisinage de l’usine pendant les années de guerre. Cette activité représentait un risque majeur. En 1918, une amende de 10 000 Mark ou une peine de prison de 5 ans fut prononcée pour avoir volé des métaux aux Allemands. Certaines pièces de moisissures ont été découvertes dans une grotte du Mont D’Haurs avec un détecteur de métal.

Moule de Gambier trouver dans un grotte chez le Mont d’Haurs

Les Allemands sur le carré de la piperie de Gambier – 1914. 

Avant la la Grande Guerre mondiale, il y avait toujours plus de 100 travailleurs dans l’usine de pipes, mais en 1923, leur nombre était tombé à 40 personnes. La collection de l’auteur comprend un certain nombre de pipes de cette dernière période. Ils ont été achetés par un collectionneur parisien au début des années 1930 et se distinguent par leur qualité médiocre. Plusieurs pipes de la série ‘Crême’ sont fabriqués en argile et présentent une structure calcaire rugueuse. L’étiquette ‘Crême Gambier’ est toujours sur la tuyaux, mais la marque JG manque sur le talon. Gambier a dû faire face à des concurrents vendant des pipes bon marché sur le marché, comme Scouflaire à Onnaing. Il fallait un travail manuel fastidieux pour produire des pipes de qualité, et il y avait également de moins en moins de travailleurs expérimentés disponibles pour fabriquer des pipes. Les projets de fabrication automatique de pipes n’ont jamais été concrétisés, car les investissements nécessaires étaient trop importants pour pouvoir être amortis par la production des pipes en terre cuite. La production n’était plus rentable et en 1926, l’usine de pipes fut fermée; les bâtiments ont été vendus à deux marchands de charbon. Bien que 1926 soit l’année de fermeture officielle de l’usine de pipes, les ventes se sont poursuivies pendant un certain nombre d’années. Un four à émail a également été utilisé pendant plusieurs années pour émailler les pipes du stock. Cela a été fait par M. Badre et trois dames.

Il devait y avoir un stock important de pipes dans l’usine à partir duquel des ventes avaient été effectuées pendant quelques années. Selon un certain nombre de sources, il a été confirmé que ces anciens stocks se trouvaient dans les caves stockées dans des caisses en bois; la production de pipes avait été arrêtée 19 ans plus tôt. En décembre 1944, onze mille soldats américains étaient stationnés à Givet, et l’usine Gambier était l’un des nombreux bâtiments utilisés comme abri. Durant l’hiver très froid de 1944/1945, les caisses contenant des pipes remplis ont été vidées dans la cour de l’usine Gambier pour permettre au bois de chauffer au feu. Divers soldats ont pris des pipes et des fragments complets en souvenir. Ce qui suit est l’histoire du descendant d’un de ces soldats:

These clay pipes were found by Lawrence V. Compton in the town of Givet, France. He was in the Army Corps of Engineers during the Second World War, and was assigned the task of having sidewalks built. He was told to use these pipes as building material by the Major in charge. They were piled up in a huge pile in one corner of a factory and the courtyard where they were manufactured. The factory was closed, and the machinery was disconnected and pushed over to one end of the room. He rescued some of the unbroken ones and had them shipped home (Report from the family of  Lawrence V. Compton, Army Corps of Engineers).

 

En Français: Ces pipes en terre ont été trouvées par Lawrence V. Compton dans la ville de Givet, en France. Il faisait partie du corps des ingénieurs de l’armée pendant la Seconde Guerre mondiale et avait pour tâche de faire construire des trottoirs. Le major responsable lui a dit d’utiliser ces pipes comme matériau de construction. Ils étaient entassés en un énorme tas dans un coin d’une usine et dans la cour où ils ont été fabriqués. L’usine était fermée et la machinerie était déconnectée et poussée au bout de la pièce. Il a sauvé certaines des personnes non brisées et les a fait rentrer chez elles (rapport de la famille de Van Versagen van Laurence V. Compton, Corps de génie de l’armée).

 

Rue de L’Arbre Sec 20, le dernier chapitre

Lorsque les activités ont été transférées à la nouvelle adresse de Quentin dans la rue de Bondy, l’ancien bâtiment Gambier est resté vide. L’entrepôt Samaritaine connaît une croissance rapide dans les années 1890 et achète plusieurs bâtiments de la rue de l’Arbre Sec qu’il faudra démolir pour l’agrandir. Sur une photo de 1910, on peut voir le flanc du n ° 20 de la rue de l’Arbre Sec, pris juste avant la démolition de cette année-là, ainsi qu’un grand panneau avec l’annonce de l’agrandissement de la Samaritaine. L’arrière de l’église Saint Germain L’Auxerrois se trouve vis-à-vis de ce bâtiment.

20Rue de l’Arbre sec, demolition à 1910

Conclusion

Jean Philippe Gambier a commencé par la décoration et la vente de porcelaine à Paris, après avoir travaillé dans la manufacture de porcelaine de Sèvres. La famille Gambier vivait et travaillait au no. 20 rue de l’Arbre Sec. Le fils et plus tard le petit-fils du fondateur, Jean Phillippe, ont poursuivi l’entreprise. La production et le commerce des pipes ont commencé après 1800 et le commerce et la décoration de la porcelaine se sont poursuivis jusqu’en 1835. En 1835, l’acquisition de la société de production de Givet par Hasslauer, associée à L. Fiolet, apporte le succès et la renommée internationale. Le dépôt de pipes à Paris devient la propriété de Charlemagne Beaumont, gendre de la famille Gambier. Après 1852, Déportes Frères, puis Hourdou & Cie poursuivirent leurs activités à Paris en 1860. Le vieil immeuble du 20, rue de l’Arbre Sec. a été vendu en novembre 1893 pour 130 000 francs (Le XIXe siècle: journal quotidien politique et littéraire, 02-11-1893). Vers 1895, le dernier déménagement eut lieu de la rue de l’Arbre Sec à la rue de Bondy. La maison et l’entreprise de Jean Gambier ont été démolies en 1910.

Résumé chronologique.

1745-1778 La famille Gambier travaillait dans la manufacture de porcelaine de Sèvres.
1780-1800 Jean Philippe Gambier a créé une entreprise de négoce et de décoration de porcelaine.
1800-1808 Rue de l’Arbre Sec nr. 39 ans, première adresse connue de Jean Philippe Gambier.
vers 1809 Rue de l’Arbre Sec nr. 20, déménagement de la famille Gambier et compagnie.
vers 1810 Pierre Joseph Gambier a repris la société après le décès du fondateur Jean Gambier.
1811 Fille de Jean Gambier; Marie Rosalie Gambier a épousé Jean Beaumont. Ils dirigent l’entreprise rue de l’Arbre Sec. Naissance du fils Charlemagne en 1812.
1817 François Joseph Gambier, petit-fils de Jean a pris des affaires, premières activités à Givet.
1817-1835 Acte notarié officiel entre Charlemagne Beaumont et François Joseph Gambier pour la vente de pipes dans la rue de l’Arbre Sec n ° 2
1835 Successeur de l’usine de pipes Minervin Hasslauer à Givet, Charlemagne Beaumont est propriétaire du dépôt situé rue de l’Arbre Sec. Plus d’activités impliquant le négoce de porcelaine.
1835 Après le mariage de leur fille Hasslauer et L.M. Fiolet, collaboration entre la société de Saint-Omer (Fiolet) et Givet. “Hasslauer & L. Fiolet Successeurs de Gambier”.
1845 et 1850 Acte notarié officiel pour la vente de pipes entre Beaumont, Fiolet et Hasslauer à Paris.
1851 Décès de Charlemagne Beaumont.
1852 Déportes Frères, successeurs du dépôt rue de l’Arbre Sec nr. 20
1860 Décès de Minervin Hasslauer, collaboration avec Fiolet arrêtée en 1866.
1860 – 1880 Hourdou & Cie, successeurs du dépôt rue de l’Arbre Sec nr. 20
about 1895 Déplacement du dépôt de canalisations vers la rue de Bondy nr. 22
1910 Démolition de la maison rue de l’Arbre Sec nr. 20

Références –   Sources primaires

Adresses de Paris, 1816.

Almanach du commerce de Paris (edities: 1805, 1806, 1809, 1811 and 1827).

Annuaire général du commerce, de l’industrie, de la magistrature et de l’administration: ou almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers, 1854 en 1855.

Gazette des tribuneaux, 5 Juli 1860

Journal officiel de la République française, 3 Februari 1875

L’Etudiant, Journal des Ecoles, 15-04-1838.

La Lanterne, 11-06-1881.

La Presse, 15-09-1845.

 

Le Constitutionnel: journal du commerce, politique et littéraire, 07-08-1845.

Références –   Sources publiées secondaires

Delavau, G. et F. Franchet d’Esperey, 1829, Le Livre Noire de Messieurs Delavau Et Franchet, Ou Répertoire Alphabétique de la Police Politique Sous Le Ministère Déplorable: Ouvrage Imprimé D’après Les Registres de L’administration; Précédé D’une Introduction, Volume 3. Paris.

Dauterman, C. C. 1986, Sèvres Porcelain: Makers and Marks of the Eighteenth Century, New York.

Brongniart, A. and  D. Riocreux, 1845, Description méthodique du musée céramique de la Manufacture royale de porcelaine de Sèvres, Paris.

Declef, G. 1987, Les pipes en terre de Givet, Terres Ardennaises.

Duco, D. 1980a, ‘De historie van de Gambierfabriek’, Pijpelijntjes VI, 2 (1-14).

Duco, D. 1980b, ‘De historie van de Gambierfabriek’ (vervolg), Pijpelijntjes VI, 3 (1-12).

Dupin, C. 1827, Forces Productives et commerciales de la France, Paris.

Lesur en Tardy, A. 1967, Les Porcelaines françaises, Paris.

Voisin, L. c1950, Les pipes en terre de Givet; petite étude de géographie locale, Givet.

Traduction: Francis van Parys